Abane Ramdane

algerie1

Congrès de la Soummam

boutonup________________________

Musée

musee________________________

AbaneMin

Connexion

Devenez membre pour recevoir les actualités de notre site.

Eclairage de Belaid Abane sur la liquidation de certains militants berbéristes du mouvement national
«Benai Ouali a été tué sous l’ordre de Mohamedi Saïd, lui-même sous l’ordre de Krim»
Rencontré à Akfadou en marge du colloque international «Les assises de la Soummam, 60 ans après, quelles leçons ?», Belaïd Abane, écrivain, politologue et professeur de médecine, auteur de nombreux ouvrages sur Abane Ramdane, l’un des principaux artisans de cet événement majeur dans la lutte de libération du pays, revient, à travers cet entretien, sur la commémoration de l’événement tout en apportant un éclairage sur la polémique liée à la liquidation de certains militants de la cause nationale et identitaire à l’image de Benai Ouali.

Le Soir d’Algérie : La région historique d’Akfadou commémore cette année le 60e anniversaire du Congrès de la Soummam à travers un colloque international dédié à cet événement considéré comme un acte fondateur de la révolution. Vous participez à ces assises de la Soummam sur le thème «la primauté soummamienne du politique sur le militaire : d’Ifri au Caire, une vie éphémère». Peut-on connaître le regard que vous portez sur ce genre d’initiative visant à lever le voile, sans aucun tabou, sur cet événement ?

«Abane Ramdane mérite le panthéon national»
Entretien avec Belaid ABANE le 28/04/2012

belaid abane 1024- Votre dernier ouvrage Ben Bella-Kafi-Bennabi contre Abane : les raisons occultes de la haine est en passe de devenir un succès de librairie. Ravageur et véhément, son contenu a-t-il induit des échos, de l’establishment notamment ?
Non, pas d’écho pour le moment. Exceptées les déclarations bienveillantes du ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia sur Abane Ramdane. Des déclarations certes bien gentilles mais qui sont biaisées : on aurait aimé qu’il les tienne avant, lorsque la polémique a éclaté, et non pas dans un contexte électoral - comme c’est le cas - avec cet objectif latent d’apaiser la Kabylie. Toutefois, comme déclarations, c’est toujours bon à prendre.

Ali Guenoun. Docteur en histoire ( Paris 1 Panthéon Sorbonne ) et chercheur associé à l'institut des mondes africains
" Le débat communautarisé empêche l'émergence d'une mémoire nationale plurielle"
  Le 20.08.16

AliGuenoun
Quel a été l’apport du Congrès de la Soummam à la Guerre de Libération ?
Il serait intéressant de rappeler que cette réunion nationale, qui s’est tenue dans la région d’Ifri Ouzellaguen (rive gauche de la Soummam) en zone 3 (Kabylie) à partir du 20 août 1956, a rassemblé pour la première fois, depuis le déclenchement du 1er Novembre 1954, les dirigeants de quatre zones sur cinq de l’intérieur qui souffraient d’un manque flagrant de coordination avec tous les dangers, dont l’anarchie, que cette situation pouvait engendrer sur la bonne marche de la lutte pour l’indépendance. Seule la zone 1 (Aurès-Nememchas), embourbée dans des problèmes de succession après la mort de Mostefa Ben Boulaïd, et les représentants du FLN à l’extérieur n’ont pas pris part aux travaux de ce Congrès.

Mustapha Benfodil, Jeudi 26 Mai 2011 :
med harbi2

 Mohamed Harbi :
«Les archives de la guerre de Libération sont explosives»

L’éminent historien Mohamed Harbi revient, dans cet entretien, sur les récentes controverses suscitées par les déclarations polémiques d’acteurs du mouvement national et livre quelques vérités cinglantes. D’après lui, l’attaque de la poste d’Oran est l’œuvre d’Aït Ahmed, Boudiaf a réussi l’organisation du 1er Novembre, et l’attitude de Yacef Saâdi à l’égard de Louisette Ighilahriz «n’est ni sérieuse ni noble.»

Harbi affirme que Boussouf n’endosse pas seul l’assassinat de Abane Ramdane, et qu’on a exagéré son rôle ainsi que celui du MALG. Il révèle, par ailleurs, que «Krim a projeté d’assassiner Bentobal» en prévenant que les archives de 2012 «sont terribles et explosives.» Alors qu’il évalue les harkis et goumiers à environ 100.000 hommes, l’historien estime à quelque 50.000, les victimes algériennes des bavures du FLN/ALN, dont nombre de militants nationalistes authentiques.

Le Dr Belaïd Abane, historien, à “Liberté”
“Abane faisait face à deux types d’opposition”

 

belaidabane2016
Médecin et politologue, Belaïd Abane est aussi historien. Ses différents ouvrages sur la guerre de Libération consacrés essentiellement à un personnage-clé de cet épisode, qu’était Abane Ramdane, est d’une grande richesse. Dans cet entretien, le Dr Abane évoque l’apport du Congrès à la lutte armée, le projet de l’architecte de cette rencontre, ses adversaires qui ont fini par l’assassiner, les oppositions, notamment celles des Aurès, à la Soummam…  

Mohamed Chafik Mesbah 0

 

MOHAMED CHAFIK MESBAH, ANCIEN OFFICIER SUPÉRIEUR DE L’ANP, À L’EXPRESSION
«Abane est plus que jamais d’actualité»
Interview réalisée par Kamel LAKHDAR-CHAOUCHE – Jeudi 23 Aout 2012

L’Expression: Pensez-vous que les idées et l’exemple de Abane Ramdane sont toujours d’actualité?

Mohamed Chafik Mesbah: Les idées et le parcours de Abane Ramdane sont, plus que jamais, d’actualité. Sur le plan doctrinal, en premier lieu Abane a fait adopter par le Congrès de la Soummam le principe de la primauté du politique sur le militaire. C’est indiscutablement, la clé du fonctionnement d’un système démocratique. L’idée est simple. La force militaire ne doit pas se substituer à la volonté populaire. 

belaid abaneBelaÏd Abane. chercheur en histoire politique de la Révolution «Ould Kablia donne une prime à la turpitude et au crime»

Novembre 2015

    En réponse aux propos de l’ancien ministre de l’Intérieur, Ould Kablia, l’auteur du livre Nuages sur la Révolution : Abane au cœur de la tempête juge que pour «donner une prime à la turpitude, au crime en justifiant 60 ans après l’assassinat mafieux d’un dirigeant national, il faut avoir un esprit gravement atteint par la boussoufisation».